Introduction au DrupalCon CPH 2010

Share and options

Depuis avant-hier soir, Dimanche, Florent et moi sommes arrivés à Copenhague pour le DrupalCon CPH 2010. Pour cette occasion, je vais rédiger une série d'articles, tantôt informels, tantôt techniques, en résumé des conférences auxquelles je vais assister.

Les premières impressions sur ce DrupalCon sont assez bonnes, le cadre est magnifique et moderne, les locaux dans lesquels les conférences se déroulents sont spacieux, et bien organisés.

Pour commencer bien hors-sujet, quelques impressions sur la ville de Copenhague  il me semblait bien avoir entendu que la vie était chère là bas, jusqu'alors j'en étais pas sûr, à ma grand surprise, ça l'est encore plus que je ne l'imaginais jusqu'ici! Il semblerait que le moindre café coûte plus de 2€ (ce qui est, soyons francs, carrément du vol).

Bon, malgré cette petite note négative, les gens semblent être gentils dans l'ensemble, très propres, il n'y a pas un seul papier par terre ici, de quoi faire passer la ville de Paris comme la ville du Moyen-Age la mieux conservée de nos jours, habitudes de ses habitants comprises. Par contre, ils ont effectivement tendance à tout faire payer, ce qui est assez désagréable.

Quelque chose de très appréciable c'est qu'ici, tout le monde parle anglais, et passe d'une langue à l'autre sans avoir l'air perturbé. C'est assez incroyable, allant du vendeur du hot-dogs jusqu'au gentil organisateur du DrupalCon, en passant par le chauffeur de bus ; on a vraiment un retard incroyable en France en ce qui concerne l'apprentissage des langues étrangères!

Le Danemark semble être un très beau pays, on ressent la faible densité de la population dans tous les coins de rue, dès lors qu'on s'apperçoit que le moindre trottoir fait facilement jusqu'à 2 m de large, pour maximum trois piétons simultanés à se promener dessus, ceci même en centre ville. La petite note typique restera quand même les vents à 200 km/h - mesure effectuée par le meilleure baromètre du monde : un breton -, si l'échelle de beaufort était appliquée ici, on serait probablement dans le palier "les enfants volent". Cependant, quand le vent s'arrête, la pluie prend le relai, c'est à vivre au moins une fois dans sa vie!